[ Rien à voir ! ]

Page 4

Les schémas ! ! Pourtant pas compliqué...

08/02/2011

Fut un temps, les constructeurs fournissaient les schémas électroniques avec les appareils qu'ils vendaient. Parfois les plans étaient inclus dans l'appareil lui-même, bien documentés et avec les mesures pertinentes à effectuer pour un dépannage efficace. Mais cette habitude a totalement disparu depuis longtemps, les fabricants préférant vendre aux réparateurs les précieux schémas (après avoir vendu leurs appareils à fin de vie programmée, accompagnés de leur service après-vente "étendu" qui ne sert à rien statistiquement parlant).
Nous pourrions essayer de les comprendre, ces pauvres constructeurs : la copie (chinoise ?) leur fait si peur. Mais non, en réalité c'est incompréhensible car il est possible de reconstituer les schémas avec beaucoup de patience (et de motivation). Cela s'appelle le rétro-engineering, et un concurrent curieux y recourra de toutes manières. Au final, cela devient même obligatoire pour le "petit" réparateur ou le bricoleur s'il veut réparer sans payer chèrement les schémas. Donc en réalité, ne pas fournir les schémas est un faux argument.
Un autre phénomène indirect qui empêche la réparation, et par la même le risque de "copie" ou de vol du secret de fabrication, est l'intégration dans les appareils de microcontrôleurs, ces "puces" qui donnent un semblant d'intelligence et qu'il faut programmer. Programme qui est la plupart du temps bien caché dans les entrailles du composant. Donc encore un argument qui va à l'encontre même du prétexte de ne pas fournir les schémas.
On pourrait au passage se demander à quoi servent alors les milliards dépensés en brevets et autres protections intellectuelles ?

L'usage intensifs de "sous modules" pourrissent aussi la vie du réparateur. Ces sous modules tous faits, souvent moulés et noyés dans la résine, sont sous-traités par différentes usines ou fabricants. Ainsi, un sous module qui tombe en panne condamne fatalement l'appareil tout entier. Et quand par le plus grand des hasards les schémas des appareils sont accessibles, les schémas des sous modules eux ne sont jamais donnés ou documentés.

Un autre problème dans le dépannage (ou le hack / réutilisation) est de trouver les données techniques des composants (datasheets). Certains de ces datasheets sont parfois introuvables ! Un paquet de fondeurs chinois ou taïwanais, voire même américains, ne les mettent pas à disposition sur leurs sites (quand ils n'ont pas disparus entre-temps !)
L'obsolescence n'aide pas non plus à dépanner. Certains composants ne sont développés que pour un type de produits, et les générations se succèdent à une vitesse affolante.

Tout ceci ne facilite en rien la réparation, et pourrait même nous amener à nous demander si la multiplicité et la complexité de la fabrication ne favorisent indirectement le prétexte à ne rien vouloir réparer. Prétexte à vouloir tout remplacer. Et s'assurer ainsi du renouvellement -vital- des générations successives de produits.
Mais les constructeurs ne craignent plus grand chose en réalité : le coût de la réparation est souvent plus prohibitif que le neuf (sans parler de la "prise en charge" dissuasive).
Alors : "Pourquoi vouloir encore s'embêter à réparer ?"
Quid de ceux qui veulent quand même réparer ? Ceux qui ont l'envie de réparer et non de remplacer, ceux qui sont attachés à un produit qui leur donne entière satisfaction, et dont les remplaçants ne sont qu'usine à gaz ou ersatz en plastique évidé. Que font-ils ? Et ceux qui ont les compétences pour réparer eux-mêmes ?

L'accélération du phénomène et la fuite en avant du système consumériste actuel sont les coupables désignés. Et le consommateur ? Complice responsable ?
Le gaspillage inimaginable de la "non réparation" et de l'obsolescence, ainsi que la génération inconcevable de pollution cumulée sont proprement intolérables.

Toujours est-il que l'absence de schémas condamne au moins un appareil sur cinq... si ce n'est plus.

Into Eternity

02/2011

A la fois un coup de coeur et un coup de gueule : le film/documentaire "Into Eternity".
Un traitement décalé (image chiadée, ralentis surréalistes, mise en lumière et traitement très "Kubrickien") pour un sujet épouvantable. Alarmant.
Le documentaire ramène à ce que nous sommes -ou ne sommes pas- à notre échelle de fourmi et de notre durée de vie sur Terre par rapport à l'échelle des temps géologiques et de la durée de vie des déchets nucléaires : une seconde.
Comment alors stocker ces "merdes" pour 100 000 ans ? Avec toutes les incertitudes que cela implique : pérennité du stockage, événements souterrains, facteurs humains, etc...
Le film soulève de nombreuses interrogations et incertitudes, que les responsables de ce projet d'enfouissement tentent penaudement d'amoindrir ou de relativiser.

Diffusion : Cinéma / DVD (passé sur Arte en février)

Site officiel du film
Page Wikipédia [eng]
Page IMDb (Internet Movie Database)
Page Wikipedia sur le site d'enfouissement en lui-même

Lampe de chauffage

21/01/2011

Avec la disparition dans les rayons des ampoules à incandescence classiques, c'est la qualité de l'éclairage qui a disparue avec...

Au passage, il y aurait beaucoup à dire sur ces soit disant "lampes à économie d'énergie". Déjà, quelle économie ? Et quelle énergie ? Mais bon, ce n'est pas le sujet ici.
Je ne parlerai pas non plus des lampes fluocompactes et de leur rendu lumineux souvent médiocre, et encore moins de leur électronique souvent trop "légère" génératrice de parasites sur les lignes électriques, avec leur Cos phi pourri, ou la pollution HF. Et surtout je ne dirai rien de l'énergie nécessaire pour fabriquer puis rapatrier ces dites lampes "économiques" de contrées lointaines. Pas un mot non plus sur leur recyclage.
Et hors de question d'aborder le cas des LEDs et de leur IRC (indice de rendu des couleurs) totalement armoire. Ni du fait que l'on mette des LEDs à dégueuler partout, même aux endroits où on n'aurait jamais eu l'idée de coller de l'éclairage, sous le prétexte que "ça consomme rien !"
Non, je ne parlerai de rien de tout ça.

Je voulais juste souligner un "contournement" amusant à cette disparition forcée absurde : la lampe de chauffage.
Une invention révolutionnaire : l'ampoule à incandescence comme source de chaleur. Partant du constat qu'une grande partie de la puissance absorbée par une ampoule à incandescence est dissipée sous forme de chaleur, l'idée de s'en servir de chauffage n'est pas dénuée d'intérêt sous nos contrées. Bon, certes, il est vrai que les puissances mises en jeu par rapport au "vrai" chauffage sont dérisoires...
Par contre, ces lampes ont un "petit" défaut : elles émettent de la lumière !

HEATBALL : Rebranded Incandescent or Resistance Art ?
Via Re-Nest


Un autre contournement de cette décision absurde passe par l'invention de la "capote" dépolie ! C'est une pellicule souple qui vient habiller les ampoules claires et qui supporte la chaleur.


Et sinon, pourquoi ce dictat ? Pourquoi retirer les ampoules du marché comme ça, si vite ?
Et pourquoi n'autoriser que les ampoules claires, qui au final pousseront les gens à les placer dans des luminaires à verre dépoli ? !
Pour contrebalancer, une vraie hérésie : pourquoi continuer à autoriser la vente des parasols chauffants ?


A lire aussi :

Désastre écologique : la lampe fluocompacte (@citoyenpatrickdarlot.fr)
Cartel Phoebus [Wikipédia Fr.]

Fausse bougie

01/2011

fausse bougie
fausse bougie
fausse bougie
Simulateur d'effet "flamme" de bougie (modification d'un vieux circuit de 2000)

Tests DMX

12/2010

tests dmx
Tests DMX sur platine d'essai (avec PIC de récupération + LCD de récupération + SN75176 de récupération)
(à gauche : splitter DMX. En haut : programmateur de PIC)

Contre-pub de Noël     [ Archive ]

18/12/2010

Cette période de Noël est l'occasion de ressortir un vieux son de 2005 !

Le matraquage publicitaire intensif asséné par tous les médias durant cette période de fêtes est... affligeant !
Pour caricaturer cet état de fait, des publicités radiophoniques ont été enregistrées pendant deux heures sur la bande FM Parisienne (en changeant sans cesse de fréquence). Le tout est sélectionné et monté en un collage de 55 secondes.
Bien entendu, les publicités appartiennent à leurs fournisseurs respectifs...


contrepub-noel_2005.mp3

Détails :
Monté le 21/12/2005
Taille : 868ko
Durée : 55s
Format : mp3 / 128kbps / Stéréo / 44,1kHz
Contrat Creative Commons
La création "Contrepub Noel 2005" est mise à disposition selon les termes de la licence
Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 3.0 Unported.

PIC en boîtier TSSOP

11/2010

pic
Platine de test pour PIC de récupération en boîtier TSSOP (provient de lunettes 3D actives hors service)




<< Dernière page                      ⇐ Après       Avant ⇒                      Première page >>

© O. BLT  /  PafGadget    2007-2017     tous droits réservés