[ Fabrication de gobos DIY ]

17/05/2012

gobo diy Si comme moi vous en avez marre de vos gobos "points" faits au gaffer alu, alors voici une bidouille pour fabriquer vos propres "gobos métal". Bidouille d'autant plus facile si vous êtes électronicien et que vous gravez vos propres circuits imprimés à vos heures perdues !

L'idée est tout simplement de réutiliser la gravure par transfert de toner. Mais au lieu de graver du cuivre sur un support époxy ou bakélite, nous allons graver du métal nu.

Mais attention, ça reste de la bidouille, donc ne vous attendez pas à une finesse de gravure exceptionnelle...

Gobo ?

Pour ceux qui se demanderaient : les gobos sont des images découpées dans du métal ou gravées sur du verre, qui servent à projeter des formes, des textes, des logos à partir de "simples" projecteurs (des découpes) utilisés en spectacle, théâtre, photographie, etc... L'image à projeter est gravée sur un support qui ne craint pas la chaleur intense du "feu de la lampe". Des diapositives robustes quoi !

Ingrédients

Pour une personne, ce qu'il vous faut pour réussir ce bidouillage :

• Un joli dessin de gobo prêt à imprimer gobo
Aux dimensions souhaitées. L'idéal est de créer le motif du gobo dans un logiciel de retouche photo ou de dessin vectoriel, ceci afin de créer sur une même image le gobo et en dessous (ou à coté) son image en miroir. En effet, la gravure du gobo va s'effectuer des deux cotés du métal, donc il faut avoir une deuxième image inversée pour le dos. Tant qu'on y est, créez autour du gobo des repères de découpe, et surtout des repères de superposition. Ca facilitera grandement le transfert !
Dans le tracé du gobo, évitez au maximum les traits fins : les traits isolés au milieu de "trous vides" se feront ronger par la gravure. N'hésitez pas à grossir ces traits.

• Un bout de feuille de métal
Il faut un métal qui supporte bien la chaleur du faisceau concentré dans le projecteur : inox, fer blanc, laiton, cuivre, ... La feuille de métal doit être à la fois suffisamment rigide, tout en étant pas trop épaisse. Trop d'épaisseur sera problématique au moment de la gravure (qui durera trois plombes, et le perchlorure attaquera dans l'épaisseur du métal). Ce type de feuille se découpe sans problème aux ciseaux.
Plusieurs possibilités pour trouver "gratuitement" le métal : boîte à gâteaux ou à bonbons en fer blanc pas trop épais (attention aux couches de vernis, à poncer préalablement), blindages de TV et autres moniteurs à tube cathodique CRT, ...
Attention, selon le métal choisi le gobo pourra éventuellement se déformer ou se tordre sous l'effet de la chaleur dans le projecteur. La matière déterminera aussi la durée de vie du gobo (cuisson, recuisson, refusion).
Les gobos "du commerce" sont souvent en acier inoxydable, parfois en laiton. 2 à 3/10 de millimètres d'épaisseur.

• Une imprimante laser
Impérativement laser, à toner (ou éventuellement photocopieuse à toner).

• Du papier "publicitaire" ou de revue pour le transfert
Le papier aura les mêmes caractéristiques que pour la gravure de circuit imprimé : papier glacé fin, genre papier publicitaire, papier de revues, etc... Le glaçage est important, afin que le toner de l'imprimante laser ne s'imprègne pas dans les fibres.

• Un fer à repasser
Un vieux fer qui ne craint rien de préférence.

• De la laine d'acier (ou paille de fer) #000
Permet de nettoyer le métal avant le transfert de toner, et permet de nettoyer après la gravure. On peut employer des dégraissants chimiques, mais l'avantage de l'abrasion par la laine d'acier, c'est qu'elle crée des micros rayures auxquelles le toner va pouvoir se fixer par la suite. Sur du métal trop lisse, le transfert n'aura aucune adhérence.

• Du scotch d'électricien ("tape", "barnier", ...)
Pour le masquage des bords. Eventuellement prévoir un bout de scotch "papier" pour fixer l'impression (ou du scotch qui tient la chaleur du fer).

• Une surface de travail plane en bois
Un bout de planche de contre-plaqué par exemple, qui ne craint pas trop la chaleur du fer.

• Un peu d'eau froide

• Une bonne paire de ciseaux

• De quoi graver chimiquement
Du perchlorure de fer à 37°C dans un bac en plastique, ou idéalement une machine à mousse ou à jet pour accélérer et affiner la gravure.

• Eventuellement un gabarit et un marqueur pour tracer la découpe du gobo.


Pour les dimensions courantes des gobos, voir en bas de page.

Comment faire ?

Le principe est le même que pour la gravure de circuits imprimés par transfert de toner : le but du jeu est de transférer le toner fraîchement imprimé sur une feuille de papier glacé, vers une plaque métallique en re-chauffant ce dit toner au moyen d'un fer à repasser. Le toner servira alors de masque qui protégera les surfaces de métal des attaques du perchlorure de fer. Là où il n'y a pas de toner, la gravure provoquera un trou traversant.

La marche à suivre :


gobo

1 - Imprimez le gobo sur du papier glacé

Pensez à imprimer une face à l'endroit, et une face en miroir. Ajoutez des repères de positionnements des deux couches.


2 - Découpez, pliez

Découpez les bords du papier qui ne servent à rien. Pliez le tracé afin de faire coïncider les repères. Un bout de scotch "papier" (pas plastique, il fondrait !) permet de sécuriser le positionnement.


gobo gobo gobo 3 - Découpez la feuille de métal et frottez

Utilisez un objet rond comme gabarit pour tracer le contour du gobo. Découpez le métal avec une paire de ciseaux. Une fois découpé, nettoyez les deux coté énergiquement à la laine d'acier (000). Attention aux bords tranchants.


4 - Placez la plaque sur l'impression papier

Dépoussiérez bien la plaque et le papier avant. Sur la planche en bois, alignez le métal sur le tracé du gobo. Assurez-vous que les tracés coïncident bien sur les repères.


5 - Passez le fer

Fer réglé au max (ou presque). Pressez fermement, surtout sans faire glisser le tracé. Au bout de quelques secondes, soulevez le fer et déplacez-le de quelques centimètres, puis pressez fermement à nouveau quelques secondes. Ensuite, balayez le fer en long et en large pour faire coller le toner au métal. Utilisez la partie arrondie de la semelle du fer.


6 - Retournez

Normalement, l'autre coté a aussi commencé à fondre, et colle aussi au métal. Chauffez de la même manière cette nouvelle face. Grosso modo, ça revient à 30 secondes de chauffage par face.


7 - Laissez refroidir

à l'air libre.


Trempage gobo

8 - Plongez la plaque dans de l'eau froide

Attendez quelques minutes, puis pelez la couche de papier. Laisser ensuite tremper au moins cinq minutes.


Trempage gobo

9 - Pelez la pulpe du papier

Frottez avec le bout des doigts pour décoller les restes de papier. Veillez à ne pas griffer le toner. Si le toner a été correctement chauffé, il doit tenir sans soucis. Débouchez bien chaque motif du gobo.


Gobo caches Caches Sechage gobo 10 - Laissez sécher, et collez des caches

Afin que le perchlorure n'attaque pas les bords du gobo, recouvrez sa périphérie de scotch résistant à l'eau ("tape" ou scotch d'électricien par exemple). Faites se rejoindre les bords afin que rien ne se décolle pendant la gravure (face colle contre face colle). Le papier résiduel sur le gobo doit être bien sec sinon le scotch ne tiendra pas. Ne pas faire de pliure de scotch d'une face sur l'autre : ça va se décoller à tous les coups dans le bain de perchlorure. Découpez l'excédent.


Gravure gobo

11 - Plongez dans un bain de perchlorure

Faites chauffer préalablement le perchlorure de fer à 37°C (au bain marie dans le fond d'un évier rempli d'eau chaude par exemple. Ne jamais dépasser les 40°C). Laissez tremper et agitez en permanence, tout en faisant en sorte que les deux cotés soient en contact avec le perchlo. Le mieux est quand même une machine à mousse ou à jets pour que la gravure soit efficace et suffisamment fine (et moins pénible !)


Fin de gravure

12 - Dès que les trous commencent à se déboucher, arrêtez la gravure.

N'hésitez pas à tester avec une pointe pour voir si elle traverse les zones nues du gobo (sans pousser).


13 - Rincez, déballez.

Démaillotez le gobo de ses caches de scotch. Faites le sécher.


14 - Nettoyez

Nettoyez délicatement le toner du gobo avec la laine d'acier, ou pour les zones délicates avec un détachant (eau écarlate, acétone).


Gobo fini

15 - Tadà !

Projetez !


Quelques remarques / conseils...

La finesse de gravure n'est pas géniale. Les traits trop fins disparaissent.

Le toner ne protège pas suffisamment bien le métal, et il est inévitable d'avoir la surface normalement recouverte un peu corrodée.

Idéalement, la gravure se fera par machine à mousse ou à jets, ce qui permettra de l'accélérer et d'obtenir une "relative" finesse. Mais le processus reste long. A titre d'exemple, il faut aux alentours d'une demi-heure pour du fer blanc fin type "boîte à gâteaux" dans une machine à mousse "DIY". Presque une heure sur une feuille d'inox (boîte de bonbons).

Toujours dans le rayon bidouille : un exemple de minie machine à mousse DIY pour perchlorure de fer.


Quelques conseils d'après mes premières tentatives :


Premier essai - Gobo bouffé Exemple / Première tentative : gobo "points". Gravure trop longue : les ronds sont trop larges et sont "bouffés". (Non, ce n'est pas une grille d'évacuation d'évier !)
J'ai voulu voir jusqu'à quel point le perchlorure pouvait attaquer le métal. Le souci qui apparaît alors vient de la méthode de masquage : le toner se décolle après un bain un peu trop prolongé, et en plus, le scotch se détache aux endroits où le papier est resté humide au moment du collage.

Deuxième essai Deuxième tentative : gobo "points". Gravure pas trop uniforme, zones plus attaquées que d'autres.

Gobo texte Troisième tentative : gravure de texte sur inox. Long, très long. Les bords sont irréguliers.
Les traits fins disparaissent.


Autre solution à essayer : la gravure par électrolyse. (Peut-être à venir !)

Tailles des gobos

Tailles courantes :

Taille Diamètre
extérieur
Diamètre
de l'image
Type de projecteur
A 100mm 75mm Juliat 613,614,713,714 SX
ADB 1k, 2k
B 86mm 64,5mm Juliat 613,614,713,714 S
ETC Source 4
Warp
M 66mm 49,5mm ADB 500W (DS54)
D 53,3mm 40mm
E 37,5mm 28mm

Au passage, pour assurer longue vie à vos gobos en général :

— — Attention — —

- Les produits utilisés sont extrêmement toxiques et dangereux. Utilisez des gants et des contenants en plastique résistant aux acides.
- Faites recycler vos vieux produits, ou achetez des kits de neutralisation. Ne jetez jamais du perchlorure dans les égouts.
- Le perchlorure de fer tâche de manière irréversible tout ce qu'il souille.
- Retirez les gobos, portes-gobos, et couteaux des découpes chaudes avec des gants.
- Attention aux bords coupants du métal.
- Un fer à repasser... ça brûle ! Des ciseaux ça coupe. (Notes pour les plus maladroits, même si ça sert à rien...)

Liens

Liens Wikipédia :

Gobo [Eng.]

Chlorure de fer(III) (perchlorure de fer) [Fr.]
Iron(III) chloride (ferric chloride) [Eng.]




Autres articles PafGadget ± en rapport :

Gravure de circuits imprimés sur cuivre nu, sans couche présensibilisée, avec du papier glacé


Gravure sur aluminium


Minie machine à mousse DIY pour perchlorure de fer


© O. BLT  /  PafGadget    2007-2017     tous droits réservés